DIDACTIfen

Le DIDACTIfen se construit, principalement, sur les bases du Centre Interfacultaire de Formation des Enseignants (CIFEN) qui, crée en 1995, a reçu pour mission fondamentale de promouvoir, en collaboration avec les facultés et les autres organes universitaires concernés, la qualité de la formation initiale et continuée des enseignants, en lien avec les recherches de pointe dans ce domaine. Il s’agit d’une instance sans équivalent dans les autres universités belges francophones.  


Dans le cadre du CIFEN, plusieurs services de didactique de l’Université ont développé des recherches, à titre individuel ou en collaboration. La création de l’UR DIDACTIfen a pour but d’amplifier cette dynamique dans une optique interfacultaire et de s’ouvrir à d’autres instances également actives dans le domaine de la formation et de l’apprentissage (IFRES, ISLV, CDS…). Le développement de cette UR est appelé aussi à prendre en compte les interactions croissantes entre l'Université et les Hautes Ecoles dans le cadre de la réforme des Maîtres.

 

 

Les axes fédérateurs

Concrètement, le DIDACTIfen déploie des activités de recherche autour de quatre axes fédérateurs.

 

Les études interdidactiques : caractérisées d’« interdidactiques » en ce qu’elles confrontent les processus d’enseignement et d’apprentissage à l’œuvre dans différentes disciplines scolaires, ces études peuvent porter sur des objets différents (contenus disciplinaires, méthodes, pratiques enseignantes, représentations des enseignants et des élèves…). La conduite de recherches interdidactiques constitue donc une occasion privilégiée de mettre en évidence les spécificités et les ressemblances entre ces objets dans le contexte de plusieurs disciplines scolaires.

La formation des enseignants : qu'il s'agisse de l'étude de dispositifs de formation innovants, des modalités de développement de la réflexivité chez les enseignants en formation, de l'évaluation des stages, de l'insertion professionnelle des enseignants néo-titulaires, des trajectoires ou encore des transitions professionnelles, ces thématiques de recherches ont en commun de contribuer au développement des connaissances dans le champ de la formation des enseignants.

Les recherches collaboratives en didactique et formation des enseignants : ces recherches peuvent se définir comme des recherches réalisées avec des praticiens et qui visent un apport de connaissances bénéfiques tant pour ces derniers que pour les chercheurs. Elles supposent donc le choix d’un objet d’étude qui soit le centre d’intérêt des uns et des autres. Elles exigent aussi la mise en place d’un dispositif empirique organisé sur le mode coopératif de telle sorte qu’il bénéficie tant aux enseignants, sur le plan de leur développement professionnel, qu’aux chercheurs, sur le plan du recueil des données. 

La réduction des inégalités d’apprentissage : construire des situations d’apprentissage, des outils et des modes d’étayage qui favorisent l’atteinte d’objectifs ambitieux par tous les élèves, est lourd d'enjeux démocratiques. Et particulièrement, pour les élèves moins préparés, notamment par leurs modes de socialisation familiale, à aborder des situations ouvertes et cognitivement porteuses, à développer des démarches de traitement de l’information systématiques et rigoureuses, des attitudes de réflexion critique sur les situations, leur contexte, et l’approche qu’ils en ont eue, et, in fine, des savoirs de qualité.